Quelques parasites de la peau chez le chien

Les puces

Elles provoquent des démangeaisons, des allergies que tous les propriétaires de chiens connaissent. Elles peuvent être l’hôte intermédiaire du petit ténia du chien (Dipylidium caninum).

Seules les puces adultes vivent en parasites sur la peau. La femelle pond environ 500 œufs, qui tombent à terre pour y éclore cinq jours plus tard environ.

La rapidité de cette éclosion est liée à des facteurs de température et d’humidité. Elle est accélérée par la chaleur. Les larves, non parasites, se nourrissent de matières organiques variées qu’elles trouvent dans les tapis, les matelas et les rainures de parquet, où elles peuvent d’ailleurs survivre plusieurs mois.

Une fois adultes, les puces attendent, parfois même plusieurs jours, en faisant abstinence, le pelage où elles éliront domicile.

Les œufs et les pupes de l’insecte étant d’une résistance à toute épreuve, c’est aux adultes qu’on fera la guerre au moyen d’insecticides sous diverses formes. Des bains spécifiques peuvent également donner de bons résultats.

Lorsqu’on applique à un chien un traitement contre les parasites, ne pas oublier de l’appliquer aussi à son coussin, à son panier ou à sa couverture.

En effet, les hôtes indésirables dérangés par le HCH ou le DDT risqueraient de s’y réfugier pour y attendre, à l’abri, une nouvelle occasion d’envahir l’animal. Tout serait alors à recommencer. En règle générale, lire attentivement et respecter le mode d’emploi du produit utilisé, de façon à en retirer le maximum d’efficacité.

Les poux

Plus petits que les puces, les trichotectes se multiplient rapidement sur le bord des oreilles et sur le corps. Ils se déplacent en provoquant de très fortes démangeaisons.

Une mère pou peut donner naissance à plus de 5 000 rejetons. Une femelle pond en un mois de 200 à 300 œufs qui se fixent aux poils des chiens. Au bout de cinq à quinze jours, ces œufs éclosent puis subissent trois mues successives, à l’issue desquelles — soit au bout de trois semaines — les jeunes deviennent adultes.

Le cycle vital du pou se déroule sur un seul hôte, qui est à la fois source de chaleur et d’alimentation. S’il en est séparé, il meurt.

Il n’en est pas de même des œufs, qui offrent une bonne résistance. Même lorsqu’on a détruit les larves et les adultes, les œufs oubliés risquent encore d’éclore pendant un certain temps et l’infestation se poursuit.

La gale sarcoptique

Elle est causée par le Sarcoptes scabiei, acarien microscopique qui se promène sous la peau. Elle siège surtout en arrière des pattes, au niveau des coudes et à la base des oreilles.

Les démangeaisons sont tellement insoutenables que le pauvre galeux se gratte furieusement, sans répit. N’essayez pas de le soulager par quelque remède. Consultez rapidement.

N’oubliez pas qu’en trois mois un sarcopte femelle donne six générations de descendants, soit environ 1 500 000 rejetons actifs et dévorants.

En moins de deux semaines, en effet, chaque mère pond 10 à 25 œufs qu’elle dépose dans les sillons de la peau, où ils provoquent un prurit intense.

La chaleur de l’épiderme assure leur éclosion en deux à quatre jours. Les larves subissent alors trois mues. Les sarcoptes devenus adultes en dix jours commencent à s’accoupler, assurant ainsi leur multiplication ultra-rapide. Ils se nourrissent moins de sang que de déchets tissulaires qu’ils prélèvent dans le derme. C’est pourquoi il faudra administrer à celui qui en est atteint les lavages médicamenteux prescrits par le vétérinaire dans les délais les plus brefs et suivre à la lettre les recommandations du praticien, afin d’endiguer au plus tôt cette prolifération pléthorique (tous les sept jours).

1 semaine ago

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *