Le choix du chiot dans une portée

Il n’est pas dit que le « meilleur » chiot soit celui qui coure vers vous en premier.
Le cœur a certes son mot à dire mais le choix doit être, encore et surtout, un acte rationnel : si vous êtes accueilli dans un chenil sérieux, laissez-vous conseiller par l’expert après lui avoir expliqué quel type de chien vous recherchez. Face à un particulier et en l’absence de conseils d’expert, efforcez-vous de juger, autant qu’il vous est possible, de la santé et du bon caractère des chiots. Le regard du chiot

Le regard du chiot doit être vif et allègre et les yeux très propres. Une abondance de sécrétions lacrymales est souvent mauvais signe : froides, elles peuvent être symptôme d’irritation (conjonctivite), sèches, elles seront plus alarmantes car elles peuvent annoncer les prémices d’une maladie de Carré. Attention un seul des sujets de la portée affligé d’une infection signifie très probablement que toute la portée est contaminée. Simplement, ce chiot aura été le premier à développer les symptômes (peut-être parce qu’il est de constitution plus faible que les autres).

Observez ses oreilles

L’intérieur des oreilles doit être propre et inodore. Une odeur âcre peut dénoter la présence d’acarus (gale de l’oreille).

Les muqueuses

Les muqueuses doivent être bien pigmentées (noires) ; jusqu’à 2 mois, néanmoins, la pigmentation peut être incomplète. Quelques taches roses chez le nouveau-né ne sauraient vous alarmer. En revanche, passés les 2 mois, elles constituent un défaut.

La denture

Le chiot a des dents de lait. Sa denture étant ainsi non encore définitive, on ne peut savoir avec précision si elle sera complète ou non. Cependant, on peut savoir si la fermeture des incisives est correcte (« en ciseaux ») ou incorrecte (« en tenaille », prognathe ou endognathe).

L’observation du corps du chiot

Le poil doit être doux, brillant et quasiment inodore (sans compter l’odeur « de litière » tout à fait normale). La présence d’une ou deux puces n’est pas trop grave : il est pratiquement impossible d’éliminer toutes les puces d’une portée, surtout en élevage. Néanmoins, une présence massive de puces peut causer de graves problèmes de santé (anémie) et n’est pas la preuve d’un élevage sérieux.

Un abdomen tendu et gonflé peut signaler la présence de parasites intestinaux. Toutefois, il faut savoir qu’un chiot, même le plus sain au monde, a toujours la panse tendue et gonflée juste après son repas. Dans ce cas, on examinera à nouveau le chiot quelques heures après. La peau du ventre doit être rosée, exempte de pustule et de rougeur.

Passé l’âge de 2 mois, le chiot môle doit avoir les testicules déjà descendus dans le scrotum. Il n’est pas possible de le voir à l’œil nu mais on peut le sentir par la palpation. L’absence d’un testicule ou des deux est un grave problème héréditaire qui exclut le chien des expositions canines et de la reproduction. Si le chiot n’est pas encore forme à ce niveau, il vaudra mieux reporter l’acquisition. Cela n’est peut-être qu’une question de jours avant que les choses rentrent dans l’ordre.

Dans la négative, il vaudra mieux s’abstenir d’acheter ce chiot : en plus d’être héréditaire, et donc de se transmettre à sa progéniture, ce défaut peut créer des problèmes chez le chien. Un testicule retenu dans l’abdomen peut, sous l’effet de la chaleur, dégénérer en tumeur et nécessiter une intervention chirurgicale.

4 semaines ago

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *